Un lieu d’enfance

Quand je suis partie,  j’aurais voulu porter beacoup des choses avec moi

mais malheureusement je n’ai pas pu.

La chose qui me manque le plus de ma veille vie

c’est un lieu,

tranquille et silencieux

même si parfois dans la saison la plus chaude on entend les bruits de la nuit.

Vert mais aussi bleu comme le ciel, toujours sans blanc.

Une vieille maison en pierre,  de construction ancienne

avec dedans des éléments modernes, qui ont été mis par l’homme qui y habite

et qui travaille avec eux.

Un lieu d’enfance

une odeur de cuisine bonne comme les plats qu’on préparait

des grands-parents qui regardaient deux petits enfants nager pour la première fois

dans une piscine cachée par les arbres

et ces arbres dont les fleurs, les fruits et les couleurs me rappellent mes étés d’enfant

passés dans la nature.

Rappel de la contrainte : Commençons par le début : par ce qui n’est pas rentré dans votre valise. Toutes ces choses, odeurs, bruits, sensations, amis qui sont restés « là-bas », alors que vous êtes là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.